Accueil > Témoignages > Paroles d'innovateur : "L'innovation, c'est l'addition de plein de petites choses"

Paroles d'innovateur : "L'innovation, c'est l'addition de plein de petites choses"

Un excellent architecte. De bonnes idées. Une équipe motivée. Des salariés qualifiés… et marins. De bons fournisseurs. Et l’envie de progresser. Telle pourrait être la recette de l’innovation selon Jean-Pierre Kelbert, dirigeant du chantier naval auquel il a donné ses initiales. Une potion qui marche : le JPK 38, son dernier bateau de croisière, vient d’être élu « voilier de l’année 2013 » par Voile Magazine.

Paré à Innover :JPK Composites a fabriqué des flotteurs de planches à voile, puis des pièces composites pour voiliers, avant de se lancer dans la conception et la fabrication de ses propres bateaux : un parcours atypique ?

Jean-Pierre Kerlbert : Nous avions fait le tour de la question avec la planche à voile. Et lorsque des marques européennes ont délocalisé leur fabrication, on a compris qu’on ne pourrait pas s’aligner sur les prix des Thaïlandais. On a choisi de se diversifier en fournissant des pièces hautement technologiques à des fabricants de bateaux, et puis, en 2003, on s’est sentis capables de sortir notre propre voilier, le JPK 960. Le pari était très osé à l’époque ! Heureusement, il a tout de suite gagné beaucoup de compétitions, et nous a confortés dans le choix de notre architecte exclusif Jacques Valer, assez peu connu à l’époque. Notre dernier né, le JPK 38, 100 % croisière, est un bateau rapide et bien construit, avec cet esprit « marin » qui est la griffe de Jacques.

PAI : Le JPK 38 vient d’être élu « voilier de l’année », c’est une distinction importante ?

J-P.K. : C’est la preuve que nous avons eu une bonne idée, et qu’elle a été bien mise en oeuvre. Nous avons construit un bateau de course avec des finitions de voilier de croisière. Le JPK 38 n’est pas un bateau de régate aménagé, mais un nouveau produit qui concentre notre expertise acquise dans le nautisme de course et de croisière. C’est une reconnaissance pour l’équipe : le premier bateau de croisière qu’on sort obtient une distinction, alors que nous n’avons jamais eu aucune récompense pour nos bateaux de régate qui ont gagné tout ce qui était gagnable…C’est motivant et ça va certainement nous aider à commercialiser le JPK 38, notamment à l’étranger. Les Français y ont des atouts à faire valoir. Il existe une vraie culture de la voile en France. Les infos circulent bien entre les coureurs au large et les plaisanciers, nos bateaux sont plus novateurs que ceux de nos voisins. On trouve de très bons constructeurs à l’étranger comme en France, il nous faut donc nous démarquer : nous avons d’excellents concepteurs, des architectes de talent, jouons là-dessus et développons nos atouts.

PAI : Quels sont vos projets ?

J-P.K : Nous allons scinder notre activité en deux gammes : croisière et régate. Un prochain bateau de régate sortira en 2013, et un bateau de croisière dans 2 ans. Nous garderons la fabrication régate ici, et pourrions confier celle de la croisière à des partenaires. Nous ne voulons pas prendre le risque de grossir trop vite, et nous souhaitons garder du temps et de la place pour continuer à créer.

La Région Bretagne a soutenu JPK Composites en 2008 pour la fabrication du prototype du JPK 998, candidat à la succession du Farr 30 pour le Tour de France à  la voile 2011. Le bateau n'a malheureusement pas été retenu malgré ses grandes qualités et le soutien de plusieurs navigateurs. L’entreprise a également bénéficié d’une Aide Conseil Bretagne (ACB nautisme) en 2009.



Autres témoignages liés