Accueil > Témoignages > Parole(s) d'innovateur : "Notre force, c'est la création"

Parole(s) d'innovateur : "Notre force, c'est la création"

Voilà 26 ans que Marie-Christine Grammatico a fait de la Bretagne sa terre d’adoption, en rachetant avec ses frères la manufacture Le Minor à Guidel. L’entreprise, qui a développé un savoir-faire unique dans le tricotage marin, se différencie par sa capacité à renouveler ses collections et à nouer de nouveaux partenariats.

En 2012, grâce au programme Iddil (1), Marie-Christine Grammatico rencontre Owen Poho (2), designer inspiré dont les créations sont empreintes de culture bretonne. Leurs premiers projets témoignent d’une collaboration mêlant savoir-faire artisanal et création originale, identité et modernité.

PAI : Racontez-nous le contexte de votre rencontre ?

Marie-Christine Grammatico : Le contact a été établi par l’intermédiaire de l’Arist Bretagne dans le cadre du programme Iddil(1). Avec Owen, nous avons d’abord travaillé sur l’habillage d’un stand à Campo Ouest 2013. À partir d’un motif de rayures typiques des marinières Le Minor, nous avons réalisé des coussins en forme de nuages qu’Owen avait dessinés.

Owen Poho : Après avoir travaillé sur la thématique de l’hébergement touristique, les réflexions du collectif Iddil ont porté sur l’aménagement de ces équipements, la décoration, les arts de la table, etc. Après notre première collaboration pour le salon Campo Ouest, je suis retourné voir Marie-Christine Grammatico à Guidel avec mon éditeur Odivi. La Bretagne est dans tous mes projets et c’est important pour moi de travailler avec des entreprises du territoire. J’ai présenté mes projets personnels et montré quelle pouvait être ma valeur ajoutée.

PAI : D’autres projets ont-ils vu le jour ?

M-C.G. : Dans un style très contemporain, nous avons travaillé sur d’autres coussins d’intérieurs en forme de coquillages et de fruits à coque. J’adore détourner l’usage de mes tissus et, cette fois, nous avons employé du drap de laine, traditionnellement utilisé pour réaliser nos kabigs.

O.P. : Des motifs d’algues et de fougères ont été brodés sur ce tissu. Pour cela, nous avons intégré dans le projet l’entreprise Le Minor de Pont l’Abbé, la seule à réaliser le point de chaînette traditionnel. Parmi les autres projets enclenchés, j’ai redessiné un pull marin à partir d’un modèle existant de Le Minor – Grammatico.

PAI : Revisiter une marinière, un pull marin, une manière de se démarquer ?

O.P. : L’idée est de partir d’un classique et de faire une nouvelle version d’un futur classique.

M-C.G. : Notre atelier a développé un savoir-faire unique dans le tricotage marin. Je suis la seule en France à travailler de la bobine de fil à la collection complète et à pouvoir offrir des exclusivités de couleurs à mes clients. Nous travaillons sur des petites séries mais nous avons une gamme de 800 couleurs quand d’autres marques en proposent cinq. Notre force, c’est la création, le travail à façon, le service… Le tout, 100 % made in France !

PAI : C’est encore possible de résister à la tentation de délocaliser ?

M-C.G. : Je me bats avec mon savoir-faire pour cela. Vingt-cinq personnes travaillent à l’atelier de Guidel. Certaines ont entre 25 et 40 ans de métier. Le made in France a un coût mais c’est un choix. Je ne vends pas un morceau de tissu, je vends un fil, une couleur, une matière…

PAI : Une certaine idée de la Bretagne ?

M-C.G. : Aussi bien à Paris qu’aux États-Unis ou au Japon, nos distributeurs vendent la Bretagne ! Les Japonais, avec qui je travaille en direct, sont très fidèles et adorent nos produits.

(1) Iddil vise à réunir entreprises, acteurs du tourisme et créateurs bretons pour développer de nouveaux produits et services dans le domaine du tourisme et de l’industrie créative. Le programme, financé par l’État et la Région, est piloté par l’Arist Bretagne.
(2) Owen Poho fait partie du collectif Iddil. Il a participé au développement de plusieurs hébergements insolites à destination de l’hôtellerie de plein air. Ces équipements, terrestres ou flottants, sont aujourd’hui ouverts au public. www.owenpoho.com.



Autres témoignages liés