Accueil > Témoignages > " L’innovation est un moyen pour relever les défis "

" L’innovation est un moyen pour relever les défis "

Estimé à plusieurs milliards d'euros annuels, le marché des énergies marines renouvelables est en pleine expansion. Expert mondial du naval de défense, DCNS se veut aussi « innovateur dans l'énergie » et compte devenir un des leaders d'un secteur prometteur en utilisant son expérience,ses compétences et les atouts de la région.

Explications de Christophe Chabert, directeur de la filière éolienne à DCNS. Interview parue dans Paré à innover N°53.

Paré à innover : DCNS investit dans plusieurs types d'énergies marines renouvelables…

Christophe Chabert : DCNS développe en effet 4 technologies d’énergies marines renouvelables : l'énergie des courants (hydrolienne), l'énergie thermique des mers, l'énergie des vagues (houlomotrice) et l'éolien flottant.C'est cet éolien, dit de 2e génération,qui est appelé à se développer fortement dans les années à venir et dont on pense qu'il prendra la suite de l'éolien posé. L'éolien flottant a plusieurs avantages, notamment d'être installé sans fondation avec une empreinte limitée sur les fonds marins. L'éolien flottant peut être mis en place dans des zones profondes (de 50 à 300 m) éloignées de la terre, ce qui autorise des parcs plus importants et de plus grande puissance. L’éloignement de la côte permet également de réduire les conflits d’usage et d’accéder à un vent plus fort et plus stable. Intitulé WINFLO, un projet auquel DCNS est associé a été labellisé par Pôle Mer Bretagne en 2008 et a été lauréat, en 2010,d'un appel d'offre de l'ADEME dédié aux démonstrateurs d'énergie en mer. Il doit conduire à la réalisation d'un démonstrateur, assemblé sur le port de Brest, et installé dans les eaux bretonnes en 2014. Raccordé au réseau électrique, il mesurera plus de 70 mètres de haut, 40 mètres de diamètre, et développera une puissance de 1 MW. Après la démonstration viendra l'aménagement d'un site pilote, au large de Groix, pour valider le modèle économique à travers une ferme pilote. Puis nous passerons à l'installation de parcs commerciaux,à l'horizon 2020.

PAI : Quelle sera la place de la Bretagne dans cet avenir proche ?

C.C. : La Bretagne devrait occuper une place de première importance : plus profonds que ceux de la mer du Nord,ses fonds permettent l'installation de zones étendues d'éolien flottant. Les compétences des entreprises bretonnes sont également un atout majeur pour le développement de la filière, et nous travaillons avec certaines pour développer des parties du démonstrateur. L'IFREMER, l'ENSTA Bretagne (école d'ingénieurs), LBMS (laboratoire brestois de mécanique et des systèmes) sont nos partenaires scientifiques dans le projet WINFLO et l’institut France Energies Marines intervient dans le développement du site pilote. Nous avons créé une société commune avec les lorientais Nass& Wind, spécialisés dans le développement et la production d'énergies renouvelables. Cette société sera chargée du développement industriel et de la commercialisation des éoliennes flottantes. L'innovation est un moyen pour relever les défis posés par l'éolien flottant. Un défi technologique, d’abord, pour concevoir un engin capable de produire de l'énergie et de flotter en même temps. Un défi industriel, ensuite, pour concevoir un engin pouvant être produit en série. Enfin, un défi économique pour concevoir un engin à un prix compétitif. Nous voulons créer une filière industrielle pour exporter les compétences qui auront été développées en France. Nous avons un rôle majeur à jouer sur ce marché.

Projet WINFLO, ferme hydrolienne pilote au large de Paimpol, hydroliennes en Normandie entre le Raz Blanchard et Aurigny, prototype à terre à la Réunion pour des tests sur l'énergie thermique des mers, prototype houlomoteur houles australes à la Réunion et projet de ferme pilote houlomoteur en baie d’Audierne…des projets regroupés dans la Business Unit Énergies Marines Renouvelables créée par DCNS, afin d'accroître les investissements R&D du groupe dans le domaine des EMR et porter leur développement industriel.

* Le projet WINFLO a bénéficié d’une subvention de la Région Bretagne et est soutenu par l’Etat dans le cadre des Investissements d’avenir.

Contact :Christophe Chabert, christophe.chabert@dcnsgroup.com



Autres témoignages liés