Accueil > Témoignages > [Interview] Le baromètre de l’attractivité de la Bretagne

[Interview] Le baromètre de l’attractivité de la Bretagne

Comment les dirigeants de filiale ou d’établissement sous capitaux étrangers installés en Bretagne perçoivent-ils le territoire ? Qu’est-ce qui a motivé leur choix de s’implanter sur le territoire?

Dans le cadre de sa mission d’accueil des investissements étrangers,Bretagne Développement Innovation a créé un observatoire destiné à mieux connaitre et comprendre les ressorts de l’investissement en région. Afin d’assurer le suivi des entreprises étrangères installées en Bretagne, l’agence a récemment lancé une étude, en partenariat avec l’Université de Bretagne Sud, qui vise à mesurer cette perception et à dégager les avantages comparatifs de la Bretagne.Sébastien Le Gall, enseignant-chercheur en Stratégie et management international à l’UBS, est allé à la rencontre de près de 60 chefs d’entreprises et nous livre ici les tendances de ce « Baromètre de l’attractivité de la Bretagne ».

Interview parue dans Paré à Innover N°53.

Paré à innover : Quels sont, pour les investisseurs installés en Bretagne, les critères de localisation de leur entreprise ?

Sébastien Le Gall : De façon générale, on distingue trois grandes motivations qui guident les investisseurs pour la localisation de leur investissement sur un territoire étranger : la recherche de ressources oud’actifs stratégiques, l’accès à la demande locale, la recherche d’une efficience au niveau organisationnel. Ce que les investisseurs vont regarder va dépendre de la motivation principale de l’investissement. À en juger par les résultats de l’étude « Baromètre »,la nature de l’investissement est liée à une activité productive pour près de la moitié des 59 directeurs de filiale ou d’établissement sous capitaux étrangers interrogés. Ce que les investisseurs regardent alors c’est la qualité des compétences, des ressources(naturelles, productives) ou des matières premières qu’ils vont être capables de mobiliser sur le territoire. À titre d’exemple,c’est le dynamisme du bassin laitier breton qui explique l’investissement du chinois Synutra en Centre-Bretagne. La taille du marché auquel ils peuvent accéder est aussi un critère essentiel pour les investisseurs dont l’objectif est plutôt commercial (près d’un tiers des répondants). Et pour ceux dont l’activité relève de la R&D, d’autres critères sont étudiés comme le haut niveau de qualification du capital humain, la qualité du dispositif de recherche et d’innovation, la qualité du cadre de vie. Pour exemple, c’est bien la présence de personnes qualifiées et spécialisées, très attachées au territoire,qui explique la localisation de l’entreprise américaine Windriver dans le Morbihan.

Il est important de noter que, selon les modalités d’investissement, les logiques de localisation s’appuient plus (création de site) ou moins (fusion-acquisition) sur une évaluation fine des attributs du territoire. Les enseignements du baromètre sont d’autant plus instructifs que les investissements relèvent pour plus de la moitié de la création d’un ou de plusieurs sites. Par ailleurs, la logique de localisation ne peut se réduire à la seule échelle régionale. Pour de nombreux directeurs, le rayonnement à l’international de la Bretagne est faible. C’est la connaissance préalable de la Bretagne par les investisseurs ou les porteurs du projet qui a souvent guidé la localisation.Par exemple, la présence d’un investisseur autrichien au sein de Cellaouate Cellulose à Morlaix résulte d’une démarche entreprise par les porteurs de projets présents en local et soucieux de trouver un partenaire financier et technologique à l’international.

PAI : Comment qualifient-ils les atouts de la Bretagne ?

S. L.G. : Un résultat important est que pour 73 % des répondants la Bretagne est une« terre d’implantation très ou plutôt satisfaisante». Selon les investisseurs étrangers présents ici, la qualification de la main d’oeuvre apparaît à la fois comme le critère le plus déterminant et comme celui pour lequel la région bénéficie d’un véritable avantage comparatif. La disponibilité de la main d’oeuvre et la qualité du système de formation sont également soulignés. Le capital humain apparaît ainsi comme une véritable source de création de valeur pour les entreprises qui y investissent et comme une composante clé de l’attractivité de la Bretagne. Les investisseurs étrangers jugent également positivement le dynamisme du tissu industriel breton et la spécialisation sectorielle. Si le critère de la qualité de vie ne peut être considéré comme un élément déclencheur de la localisation de l’investissement, les investisseurs notent néanmoins le cadre de vie d’exception qu’offre la Bretagne.



Autres témoignages liés