Accueil > Témoignages > Dominique Ciccone, Triskalia

Dominique Ciccone, Triskalia

Poids lourd et moteur de l’économie bretonne, Triskalia est né en 2010 de la fusion de trois grandes coopératives régionales. Le groupe a su atténuer les effets de la crise en cultivant la solidarité, la polyvalence, et en s’adaptant constamment à l’évolution des marchés.

« Le modèle coopératif établit un lien entre l’exploitation agricole et le client final. Il permet d’être au plus près des besoins du marché, et garantit des débouchés aux adhérents. » Pour Dominique Ciccone, directeur général de la première coopérative agricole bretonne, le statut a fait ses preuves : « la solidarité entre filières lisse les difficultés momentanées ; l’an dernier, en pleine crise porcine et avicole, nous avons ainsi pu redistribuer 2,5 millions d’euros à nos adhérents*, grâce à la bonne santé des filières de la nutrition animale, des céréales, des agrofournitures ou du lait. »

Un modèle qui marche, sous réserve d’avoir une politique stratégique : « nous avons fait le choix de la polyvalence, et nous avons eu raison. De même, nous investissons et innovons continuellement dans toutes nos activités - modernisation des réseaux, des outils et des sites industriels, formation des agriculteurs et des salariés, conclusion de partenariats et d’actionnariats pour créer des entreprises de taille critique …-. »

Le développement de fermes de référence participe de cette même stratégie innovante : dans ces 80 exploitations pilotes, on mène grandeur nature des essais de cultures, de traitements, de consommation alimentaire animale. Bref, on innove.

« Ingénieurs agronomes, vétérinaires, techniciens travaillent avec les exploitants sur ces tests qui, s’ils sont concluants, sont proposés aux autres adhérents, dit Dominique Ciccone. Nous les conseillons, les accompagnons dans la mise en oeuvre de ces nouvelles techniques. Notre objectif est de développer une agriculture moderne qui préserve l’environnement tout en permettant aux exploitations d’être rentables. »

AEI, sigle d’avenir ? Dominique Ciccone veut croire que l’Agriculture écologiquement intensive (AEI) permettra de concilier plusieurs objectifs : garantir la productivité et la rentabilité des exploitations agricoles bretonnes, offrir aux consommateurs des produits de qualité, préserver l’environnement.

« Afin de leur donner une cohérence et une visibilité, les actions menées par Triskalia et ses adhérents en faveur de l’AEI et du développement durable sont consignées sous le label Planète positive, explique le DG : itinéraires de culture et d’élevage (amélioration des aliments pour limiter les rejets, actions sanitaires préventives, sélection de variétés plus rustiques, production de fourrages sur l’exploitation…), bilans carbone, optimisation des flux de transport entre usines, covoiturage entre salariés, consommation de papier, formations… Des actions, petites et grandes, qui profitent à tous et à notre territoire, auquel nous sommes très attachés. »

L’adhésion de Triskalia à la marque Bretagne coule donc de source : « tout ce qui valorise notre région et lui donne une image positive auprès du consommateur est bon pour nous. Ce label, il faut le mettre en avant : la Bretagne, ça parle ! »

* Sous forme d’intérêts aux parts et de remises.

A retenir :

L’activité de Triskalia repose sur l’agriculture, l’agroalimentaire et la distribution. La coopérative accompagne les agriculteurs de la production à la valorisation de leurs produits, via ses clients industriels ou ses propres filières. Triskalia s’associe à d’autres coopératives ou partenaires privés pour développer des filiales de poids comme Laïta, Gelagri, Ronsard… Elle gère un réseau de magasins (Point Vert, Gamm Vert, Comptoir du Village, Magasin Vert) ouverts aux professionnels comme aux particuliers.

Triskalia en chiffres :

◗ 4 800 salariés
◗ 18 000 adhérents
◗ 300 sites
◗ CA 2013 : 2,2 milliards d’€



Autres témoignages liés