Accueil > Données clés > Études et enquêtes > L'industrie alimentaire française vue par ses consommateurs et ses principaux acteurs

L'industrie alimentaire française vue par ses consommateurs et ses principaux acteurs

Rapport / Etude

Cette étude a été réalisée par TNS Sofres pour l'ANIA (Association nationale des industries alimentaires) et présentée lors des 1ères Assises de l'industrie alimentaire le 10 octobre 2006.

L'étude repose sur un double volet : un volet grand public (quelles sont les tendances actuelles quant aux pratiques alimentaires ? quelle est l'image du secteur agroalimentaire ?) et un volet spécialisé mené auprès des industriels (quel regard portent-ils sur leurs entreprises, leur profession, ses enjeux ?). Certaines questions ont été posées "en miroir", afin de comparer les perceptions des industriels et celles de l'opinion.

Principaux enseignements :

1) Auprès de la population française

• Une nette montée en puissance du lien alimentation – santé dans l'esprit des Français : un repas doit d'abord être sain et équilibré, avant d'être convivial ou savoureux. 
• La progression de l'obésité est davantage imputée aux habitudes individuelles (manque d'activité physique, grignotage …) qu'à une trop grande richesse des produits de l'Industrie Alimentaire, même si celle-ci se voit assigner la lutte contre l'obésité comme enjeu prioritaire. 
• Les Français ont le sentiment de manger de mieux en mieux et près de 80 % d'entre eux déclarent avoir une bonne image de l'Industrie Alimentaire :  de nets progrès sont enregistrés en matière de sécurité alimentaire, de variété et de facilité de préparation des aliments, et portés au crédit des industriels. 
• Les jugements sont plus partagés sur la qualité des ingrédients, la qualité gustative et le niveau des prix des produits.
- Les Français considèrent que les Industriels de l'alimentaire ne réalisent pas encore suffisamment d'efforts sur les prix, le respect de l'environnement, la lutte contre l'obésité et l'étiquetage.
• Les jugements sont partagés sur la capacité de la filière à créer des emplois et offrir des opportunités de carrière aux jeunes.

2) Auprès des industriels
• Les industriels sont plutôt optimistes sur l'avenir de leur entreprise et enclins à embaucher.
• Le recrutement de jeunes qualifiés et motivés constitue pour eux une difficulté majeure.
• 86 % des industriels interrogés ne travaillent pas à l'export, faute de structures et de moyens internes. Mais l'augmentation des exportations dans les années à venir constitue une priorité pour un cinquième des chefs d'entreprise. 
• Seule une petite minorité (9 %) envisage des implantations directes à l'étranger. Pour eux, les pays émergents constituent une destination privilégiée.



Autres études liées