Accueil > Données clés > Études et enquêtes > Dossier INSEE : "Innovation et niveau technologique des entreprises industrielles françaises"

Dossier INSEE : "Innovation et niveau technologique des entreprises industrielles françaises"

Rapport / Etude

Cette étude de l'INSEE révèle que la France est moins innovante que ses concurrents européens et mondiaux, à la fois en termes de dépôts de brevets et d'efforts de R&D.

Extraits :

"En termes de dépôts de brevets auprès de l'Office Européen du Brevet (OEB) par exemple, l'économie français se situe en retrait par rapport à certains pays d'Europe, notamment l'Allemagne (...)"

"Des analyses complémentaires montrent que contrairement au Canada et aux Etats-Unis, et dans une moindre mesure au Japon et au Royaume-Uni, la France est peu spécialisée dans les domaines à "haut potentiel" : 32% des dépôts de brevets de la France se font dans les TIC, à comparer avec 38% aux Etats-Unis, 43% au Japon. 4% des dépôts français de brevets concernent les biotechnologies, contre 8% aux Etats-Unis et 10% au Canada."

"Les dépenses de recherche et développement sont un second indicateur important (...). La France est le cinquième pays en terme de niveau de dépenses de R&D (5% du total de l'OCDE en 2003, avec 35 milliard d'euros). Cependant, rapporté à la taille de l'économie, l'effort global de R&D s'élève à 2,2% du PIB, ce qui situe la France dans une position intermédiaire."

"Au final et pour divers indicateurs, la France se situe actuellement dans la myenne des pays de l'OCDE. Elle affiche cependant un certain retard par rapport aux économies les plus performantes, notamment les Etats-Unis. De plus, il faut noter que les deux indicateurs précédents connaissent un fléchissement sur la période récente."

Les entreprises innovantes sont le moteur le plus régulier de la croissance

"(...) Les entreprises considérées comme "innovantes" représentent moins de 6% du nombre d'entreprises, moins de 10% de l'emploi, mais contribuent de façon très importante à la croissance de la productivité : elles sont à l'origine d'environ 30% de cette croissance jusqu'au milieu des années 1990, puis 47% sur la période 1997/2000, et plus de 62% entre 2000 et 2003. De plus, la contribution des entreprises innovantes apparaît nettement affectée par le cycle économique que ne l'est celle des autres entreprises."

"(...) Des analyses plus détaillées montrent que la contribution à la croissance des entreprises innovantes passe surtout par leurs gains de productivité propres, et très peu par l'augmentation de leur "poids" en terme d'emploi."

Source : Dossier de presse de l'INSEE du 15 juin 2006 "L'économie française - Comptes et dossiers 2006 - P8 à 11 : Dossier ""Innovation et niveau technologique des entreprises industrielles françaises"



Autres études liées