Accueil > Actualités > Un "uroscanner" pour détecter les tumeurs rénales

Un "uroscanner" pour détecter les tumeurs rénales

Brève

Une nouvelle technique d'imagerie, l'uroscanner apparaît comme une technique d'avenir pour dépister précocement des anomalies urologiques, en particulier des cancers.

Selon des travaux israéliens (Pr J. Ramon, Université de Tel-Aviv), la CT-urographie - ou uroscanner - devrait se développer au détriment du scanner classique dans l'exploration des maladies urologiques, notamment des tumeurs malignes. A la fois plus simple et moins coûteuse, cette nouvelle méthode repose sur la réalisation d'un scanner abdominal et pelvien, suivie de l'injection d'un produit de contraste (de façon à obtenir une «néphrographie»), puis d'une phase d'excrétion urinaire. Elle permet ainsi de visualiser (en 2 ou 3 dimensions) des calculs ou des calcifications rénales, d'évaluer la vascularisation du rein, de détecter des anomalies (tumeurs, cicatrices, maladies inflammatoires..) et, au final, de fournir des images sur le tractus urinaire, impossibles à obtenir avec des examens conventionnels.

Dans une étude réalisée sur 86 patients souffrant d'hématurie microscopique (sang dans les urines indécelable) pour lesquels une urographie intraveineuse s'était révélée négative, cette nouvelle technique d'exploration a permis de déceler des lésions chez 84 d'entre eux. Dans un autre essai, mené chez 106 patients, l'uroscanner s'est montré plus sensible pour détecter des anomalies du haut arbre urinaire (dont les cancers) et pour différencier les tumeurs vésicales bénignes et malignes. Seule restriction : un taux d'irradiation non négligeable, à mettre cependant en balance avec le risque de passer à côté d'un cancer de stade précoce, aux chances de guérison bien supérieures.

Source : Panorama du Médecin, 15 mai 2006



  • Commentaires

    Poster un commentaire


    Loading comments ...

    Loading comments ...