Accueil > Actualités > L'UBS veut former des ingénieurs

L'UBS veut former des ingénieurs

Brève

Deux écoles, l'une d'ingénieurs de production à Lorient, l'autre d'ingénieurs spécialisés en informatique à Vannes, devraient ouvrir à la rentrée. L'Université de Bretagne Sud n'attend plus que le feu vert de la commission des titres.

Deux écoles, l'une d'ingénieurs de production à Lorient, l'autre d'ingénieurs spécialisés en informatique à Vannes, devraient ouvrir à la rentrée. L'Université de Bretagne Sud n'attend plus que le feu vert de la commission des titres. Ça n'est plus qu'une question de temps. Deux écoles, d'ingénieurs de production à Lorient, d'ingénieurs spécialisés en informatique à Vannes, devraient être créées à la rentrée. « Si tout se passe bien nous pourrons, dès septembre 2006, accueillir la première promotion (1). C'est mon souhait et nous en avons la capacité », affirme Éric Martin, président de l'UBS. Les deux écoles s'appuieront sur les IUP (Instituts universitaires professionnalisés) en place qui formaient déjà des ingénieurs-maîtres : ingénierie de production, électronique et mécanique à Lorient, mathématique-informatique à Vannes. À Lorient, l'école formerait des ingénieurs de production (qualité, processus de fabrication...) et des ingénieurs spécialisés en « mécatronique » (systèmes mécaniques pilotés par de l'électronique comme les voitures). Vannes concernerait les étudiants se destinant à l'ingénierie informatique (construction de logiciels professionnels à partir de systèmes d'information existants) ou à l'informatique décisionnelle. On attend le feu vert « On fermera les IUP correspondants pour proposer des formations en trois ans (masters professionnels) à des étudiants recrutés à bac +2. Nous avons les équipes pédagogiques et les équipements : le savoir-faire existe ; ce n'est plus qu'une affaire de basculement. » Des organisations professionnelles comme l'UDEM (Union des entreprises du Morbihan) ou l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) ont été associées au projet. « Il a un soutien affirmé des employeurs. » En février, le cahier des charges devrait être examiné par la commission des titres qui se rendra sur place. Cette instance est composée de représentants de l'État, des professionnels employeurs, des ingénieurs employés et des directeurs d'écoles d'ingénieurs. « J'irai convaincre la commission des titres du bien fondé de notre démarche qui vient confirmer l'orientation de professionnalisation de l'UBS. » (1) Une centaine d'étudiants à Lorient (140 à terme soit 84 et 56), une cinquantaine à Vannes (84 à terme soit deux fois 42).



Lien :

Commentaires

Poster un commentaire


Loading comments ...

Loading comments ...